E-thérapie ou consultation à distance

Aujourd’hui, la tendance est à la dématérialisation et à la communication à distance. Rapide, facile, souvent moins chère, l' »e-attitude » est très tentante. Il suffit de voir la prolifération des sites commerciaux et la disparition progressive des boutiques « réelles ». Pourtant, dans certains domaines, on peut se demander si la pratique à distance est réellement un plus, voire tout simplement possible. Ainsi par exemple dans le domaine de la thérapie, la question se pose. Puisque l’on a le contact visuel (Skype) et auditif (téléphone), est-il vraiment indispensable de se déplacer jusqu’au cabinet du thérapeute? N’est-il pas tout aussi efficace de consulter depuis chez soi. Après tout, on a déjà un divan chez soi…

En fait, la réponse doit être nuancée. Le cabinet du thérapeute est un lieu à part, hors du temps et de la réalité du patient. Lorsqu’il s’y rend, il va vers une sorte de port d’attache où il va pouvoir s’exprimer en toute liberté, totalement dégagé des contingences sociales, morales, hors de tout jugement. Le cabinet représente une bulle protectrice. D’autre part, dans la communication, au-delà des mots il y a mille autres choses qui interfèrent et jouent sur l’établissement du rapport: une attitude, un parfum. Et si performants que soient nos outils de télécommunication actuels, ils ne sont toujours pas au niveau de perception de nos sens humain. Enfin, le recours à certains outils tels que la PNL exige un contact kinesthésique.

Mais néanmoins le recours à une consultation à distance peut s’avérer bien utile dans certains cas. Ainsi, par exemple, pour un patient qui travaille sur sa gestion du stress et qui doit faire un intervention en public très importante, une hypnose calmante à distance par téléphone peut être salvatrice. Et elle est tout à fait réalisable. Toutefois, l’expérience montre que pour qu’une telle consultation à distance soit efficace, il est indispensable que le patient et le thérapeute se connaissent déjà physiquement préalablement. Il faut qu’il y ait eu une réelle prise de contact en amont.

Donc, l’E-thérapie, pourquoi pas, mais pas n’importe comment!